Portrait éditeur IDF 1

  • Serge EWENCZYK - éditeur indépendant
    Portrait d’éditeurs indépendants en Île-de-France

    20 janv. 2017


    5 QUESTIONS à Serge EWENCZYK, créateur de la maison d’édition Çà et Là (www.caetla.fr)


    Julie VEDIE : Qui êtes-vous ?
    Serge EWENCZYK : Je viens d’une formation en école de commerce. Après une première carrière professionnelle dans la production audiovisuelle de dessins animés, un monde difficile où les projets mettent des années à aboutir, j’ai eu envie de légèreté et d’indépendance. J’avais rencontré de nombreux libraires et éditeurs pour comprendre le modèle économique du secteur. Cela m’a convaincu de suivre cette voie, même s’il faut un certain degré d’inconscience dans ce métier !


    J. V. : Comment l’idée de monter une maison d’édition vous est-elle venue ? Quelles en sont les caractéristiques ?
    S. E. : Les éditions Ça et Là publient des auteurs de BD étrangers, c’est notre spécificité. À la base c’est une question de goût personnel, mais aussi par souci d’avoir une particularité par rapport aux autres éditeurs. Nous publions en moyenne 12 titres par an, et nous en avons environ 125 au catalogue. Je suis obligé de refuser des titres ! La moitié de nos titres environ sont d’origine anglo-saxonne. Le marché américain de la BD est très prolifique. Mais nous publions des auteurs du monde entier, comme la taïwanaise Li-Chin Li qui a remporté le Prix littéraire des lycéens en 2012 avec Formose.


    J. V. : Comment travaille un éditeur indépendant en Île-de-France ?
    S. E. : L’indépendance est pour moi un pré-requis ! Indépendance dans les choix éditoriaux, autonomie financière, responsabilité de l’ensemble de la chaîne… La liberté prime sur tout le reste ! Nous préférons publier peu, mais accompagner chaque oeuvre de A à Z. J’aime toucher à toutes les étapes d’un projet, que ce soit la direction artistique, la fabrication, les rencontres avec les libraires… L’aspect artisanal de ce métier est génial, et je veux à tout prix le préserver.


    J. V. : Qu’allez-vous présenter au salon Livre Paris ?
    S. E. : La formule proposée par la Région Île-de-France est idéale pour nous : c’est une très bonne façon de toucher à la fois le public et les professionnels. Le stand Île-de-France fonctionne comme une librairie collective, avec la possibilité de se rencontrer entre éditeurs, de se donner des astuces… C’est donc très enrichissant. Nous allons proposer notre catalogue, les nouveautés et nos titres les plus importants, ceux qui ont été primés, comme Mon ami Dahmer de Derf Backderf par exemple, qui a remporté le Prix Révélation à Angoulême en 2014.


    J. V. : Quel personnage ou auteur de BD vous a particulièrement marqué ou influencé pour devenir éditeur ?
    S. E. : Même si j’adore Hugo Pratt, je n’ai jamais rêvé d’être Corto Maltese (rires) ! Je pourrais citer Franquin, Goscinny… mais la personne qui m’a le plus influencé, c’est Jean-Pierre Dionnet, qui a fondé Les Humanoïdes associés et Métal Hurlant. Il est clairement à la source de ma motivation pour devenir éditeur.

Nous utilisons des cookies pour faire fonctionner ce site Internet, améliorer son utilisation et vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt. Veuillez noter qu'en utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Pour toute information sur les cookies notamment comment les gérer, cliquer ici